titre

La céramique commune gallo-romaine
du Limousin

Le travail présenté ici remonte au début des années 1980 et ne concerne par conséquent qu'une partie des céramiques communes gallo-romaines connues aujourd'hui. Il comprend un inventaire des céramiques étudiées et un classement typologique. Il porte sur 900 individus répartis sur les trois départements du Limousin avec un nombre un peu plus important en Haute-Vienne à cause de Limoges.

La répartition.


  carte Limousin
Carte de répartition des céramiques étudiées
en Limousin.
Notre premier objectif était en effet de dresser un inventaire des formes de céramique commune rencontrées en Limousin et généralement inédites. Cet inventaire devait comprendre une description claire, homogène et aussi précise que possible pour fournir des données utilisables dans des calculs statistiques. Il convenait ensuite de classer les diverses formes répertoriées de façon à éliminer celles qui, en raison de leur resssemblance, faisaient double emploi.

Nous nous sommes limité à la région du Limousin, c'est à dire aux départements de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne. Ces limites administratives modernent correspondent approximativement à l'ancienne cité des Lemovices. Nous pouvions normalement nous attendre à y trouver un matériel homogène.

La période étudiée débute au milieu du 1er siècle av. J.-C. et, en raison des documents disponibles, s'arrête à la première moitié du IVe siècle. Les quelques céramiques paléochrétiennes connues en sont par conséquent exclues. En Limousin comme ailleurs, les publications de céramiques communes sont rares et difficilement exploitables, ce qui rend les sources bibliographiques minoritaires. Pour l'essentiel les vases étudiés concernent donc des documents inédits conservés dans les musées, dépôts, collections particulières.
blanc

Chronologie et contexte.

blanc
  la chronologie
La répartition chronologique des céramiques étudiées.

Toutes les époques sont représentée, mais dans des proportions très inégales. Ainsi la totalité des céramiques antérieures au milieu du IIe siècle ne représentent que 19% de l'ensemble alors que celles de la seconde moitié du IIe siècle atteint 24% et concerne encore 18% des individus pour la première moitié du IIIe siècle.

Le contexte est plus équlibré. En effet, l'habitat associé aux puits et aux fosses diverses regroupe 41% des données et les sépultures 44%.

blanc
  le contexte
La répartition des céramiques étudiées en fonction du contexte.